Copyright-SoSkuld 2008-2019, tout droits réservés, réalisé sur Wix

  • SoSkuld

Tire-fesses (Bonus)




Coucou!!

Un petit post pour vous montrer un peu ce que je fais à l'école de BD en guise de bonus de Noël!

Voici un exercice de Narration où on devait choisir une chanson et l'adapter en deux planches. J'ai choisi Tire-fesses de Oldelaf et Monsieur D. Ce sont des planches faites à la main à la plume et à l'encre de Chine (une grande première pour moi…)

Juste après les planches vous trouverez les paroles de la chanson.

J'espère que ça vous plaira, à bientôt!






TIRE-FESSE

DE OLDELAF ET MONSIEUR D

Après deux heures de queue Par moins 24 degrés, Je viens d'chopper un rhume, J'ai les orteils gelés ; J'avance comme je peux Car c'est bientôt à moi, Le bouton vert s'allume : Ca y est je n'ai plus l'choix Un gars me tend une perche Qui s'envole aussitôt ; Oh ! Non ! Raté, la dèche, Je repars à zéro…

Tire-fesses, tire-fesses, tu me remplis de stresse, Tire-fesses, tire-fesses, de Tignes à Super-Besse, Tire-fesses, tire-fesses, quelle torture de SS Tire-fesses, tire-fesses, je lance un SOS !

Mon tour revient enfin : Onze heures, c'est pas trop tôt. Je m'accroche au bazar, 4-3-2-1-0 !!! Le choc me casse les reins, Me luxe un testicule Et l'truc, sans crier gare, S'arrête et puis recule ; J'suis déséquilibré Et v'là la deuxième couche.. Le coup me fait valser, J'ai d'la neige plein la bouche…

Je retente ma chance, Je m'avoue pas vaincu. Après quatre heures de queue,

Me v'la comme au début Mais là, pas d'imprudence, Je serre comme un malade ; Tout se passe pour le mieux, C'était d'la rigolade ! Ca y est, j'goûte au bonheur Je regarde les sapins Mais mon ski gauche -malheur- Vient croiser son voisin…

Je vous passe les détails, Toujours le même topo, Je renfourche le barda Et repars à l'assaut Je siffle un air canaille Pour faire le mec bien cool Jusqu'à c'que devant moi Un petit con s'écroule. D'abord je me marre bien Mais lui reste planté là, " Vas-y dégage, gamin ! " Et vlan ! Ca rate pas…

Une dernière tentative Avant la fermeture J'ai tenu 300 mètres, Ca y est j'ai fait l'plus dur ! C'est bon je crois qu'j'arrive J'aperçois le sommet Franchement je dois l'admettre, J'ai envie de pleurer… Mes lèvres humides embrassent La perche toute gelée ; Je reste collé, hélas : Je r'pars dans la vallée !!!